iwi alumni success story aude delay artelier events

La success story d’Aude, fondatrice d’Art’elier EVENTS

Comment vous est venue l’idée de devenir Wedding Designer ?

A vrai dire, initialement ce n’est pas ce que j’avais en tête. J’étais même plutôt indécise sur ma vie pro.

Et c’est en cherchant quel métier pouvait allier ma créativité et la vie quotidienne que j’ai découvert le métier de wedding designer (qui n’était pas encore très connu et donc peu développé en France).

Ce qui était certain c’est que je souhaitai exercer un métier artistique. Et c’est au fil de mes recherches que je suis arrivée sur ce jeune métier qu’est celui de wedding designer.

 

Racontez-nous votre parcours avant de vous lancer

Oups, cela risque d’être long, puisque c’est un cheminement intérieur avant tout et une maturation artistique. Alors si vous avez un peu de temps devant vous, je me lance !

Depuis petite, je patouille dans la peinture : au fil des années, j’ai découvert le dessin et toutes les autres techniques d’art plastiques, par moi-même, en observant, en copiant et plus tard en imaginant.

J’ai grandi dans une famille très ouverte d’esprit.

J’ai donc pu exprimer toute ma créativité et mon attirance vers le beau, à travers la danse classique, le piano et le dessin, durant de longues années. Mais aussi à travers l’apprentissage et le regard de mes parents : tous 2 issus de milieux socio-éducatifs opposés.

L’un ayant reçu un enseignement rigoureusement classique, l’autre ayant plus facilement une attirance vers l’univers ethnique pop rock des années 60-70.

Cette union hétéroclite fût, et est encore, pour moi, riche d’ouverture, d’amour et de tolérance.

Après mon bac, j’ai décidé de faire une Mise à Niveau en Arts Appliqués. J’y ai découvert de nouvelles techniques, et l’accès possible vers d’autres écoles, d’autres métiers.

Malheureusement, aucun ne m’a attiré et à 20 ans il m’était difficile d’imaginer devoir enfermer ma créativité dans le cahier des charges d’un client, d’un patron, d’une marque ou d’un style …

Riche de mon apprentissage, j’ai repris mes pinceaux, dans ma chambre, et j’ai créé pour moi. Pour assurer mon avenir et fonder sereinement, d’un point de vue matériel, la famille que je souhaitai depuis si longtemps, j’ai suivi des études de droits et suis rentrée dans une banque.

Les années ont passé, j’ai développé la fibre artistique de nos filles et de mon époux, à travers elles.

J’ai commencé alors, à m’imaginer travailler pour et avec les enfants, pour ouvrir chez eux leurs émotions à travers la matière, c’est alors qu’est né Art’elier, en 2010.

Je n’étais pas comblée, je souhaitai autre chose, pouvoir customiser, transformer, imaginer des univers et des ambiances.

Je me suis alors orientée vers la décoration intérieure. J’ai entamé un bilan de compétences et ai effectué de nombreuses recherches pour faire une reconversion professionnelle. Doucement c’est dessiné devant moi un chemin vers la décoration évènementielle et en particulier celui des mariages, lorsque j’ai découvert qu’il existait une école : International Wedding Institute.

Après de nombreuses démarches pour faire immatriculer Art’elier, monter un dossier FONGECIF, que je n’ai pas pu concrétiser, trouver des financements pour la formation, que je n’ai pas obtenu, expliquer et convaincre mon conjoint que mon projet tenait la route :  j’ai débuté la formation de wedding designer en 2016 avec IWI. Je l’ai complété d’une formation en art floral. Ce temps passé à apprendre en aimant toutes les matières (ça me changeait de l’école), fût un moment suspendu dans l’air, j’avais la tête dans les nuages, en ébullition créative, je me révélais enfin, à 38 ans.

A l’issue de ma formation, j’ai modifié le nom commercial de l’agence qui est alors devenu : Art’elier EVENTS.

Quelles difficultés avez-vous rencontrées avant de vous lancer ? Et comment les avez-vous surmontés ?

Avant de me lancer j’ai rencontré de multiples difficultés de différents ordres (familial, professionnel, financier, personnel, sociétal …)

Réellement, avec le recul, je dirai que les difficultés venaient surtout de moi et de mes croyances.

Depuis de longues années, mon époux et moi souhaitions nous installer en Bretagne : et c’est tout naturellement en 2016 qu’Art’elier EVENTS m’a suivi dans le FINISTERE NORD à PLOUESCAT, près de ROSCOFF.

Les 1eres années n’ont pas été consacrée à l’agence, mais plutôt à notre installation, à retrouver nos marques, nos rythmes.

Et puis La vie à fait que je me suis retrouvée face à moi-même et j’ai dû prendre les devants pour surmonter mes peurs. Tout d’abord avec le 1er confinement.

J’ai repris mes pinceaux, j’ai à nouveau créé, j’ai commencé à m’ancrer, à travailler sur mon intuition, mes énergies, mes ressentis…. Et j’ai compris que mon cœur était fermé, sec, et que je ne savais plus l’écouter.

La vie a repris son cours en demi-teinte : je n’étais pas à ma place dans ce job alimentaire. J’ai ruminé longtemps, continuant de penser que je n’y arriverai jamais, à regarder insta avec envie et tristesse. Je ne savais plus ce que je voulais, qui j’étais, ou je voulais aller, comment y aller, pourquoi ….le néant.

Pour surmonter ce tsunami intérieur, j’ai entamé un coaching individuel de 3 mois : me mettant ainsi devant mes propres monstres, mes propres objections, mes propres croyances.

Aujourd’hui, je peux le dire : ouvrir son cœur à soi même c’est se donner la possibilité de vivre ses rêves

Aujourd’hui, j’y crois, je crois en moi !

Parlez-nous de votre agence ! 

Art’elier EVENTS est donc une agence de décoration évènementielle. Elle est basée à PLOUESCAT, dans le FINISTERE NORD depuis 2017.

Je suis sa gérante, mais aussi son moteur créatif, parce que j’ai la tête qui bouillonne d’idées : je suis coloriste, j’aime les choses uniques, insolites et originales, je suis visionnaire et un peu barrée (lol).

Un thème : et les idées fusent dans tous les sens.

Mais heureusement que mon mari, qui me seconde sur son temps libre, est là. Il est le cerveau logistique et sécurité, mais aussi le concepteur des structures grands volumes

L’agence travaille pour les particuliers, les associations, les professionnels et les entreprises, afin de créer une ambiance à leurs évènements qui correspond à leur personnalité, leur image, leur message.

Art’elier EVENTS est aussi une agence de wedding designer : beaucoup de futurs mariés prennent contact avec moi, parce qu’ils prennent conscience que la décoration de LEUR journée est un point très important, voir crucial pour LE JOUR DE LEUR UNION, et qu’être wedding designer ne s’invente pas.

Je mets un point d’honneur à ce que la décoration soit fidèle à l’âme de mes clients.

C’est pour cela que les échanges humains sont d’une très grande importance pour moi et je ne conçois pas une décoration faite sur mesure sans avoir un entretien préalable d’au moins 2h dont, en générale, 1h30 est consacrée à l’humain.

Vous l’aurez peut-être compris, je travaille avec mon cœur, les énergies et mon intuition, je suis une décoratrice inspirée.

Depuis la création, comment s’est développée votre activité ?

L’agence a été créé en 2010, alors que j’étais encore en région parisienne. Je dirai que jusqu’en 2016, j’ai pris le temps de poser les jalons, le cadre, la structure. Je n’avais aucune pression et je pouvais faire et défaire mes idées, mes concepts, mes axes, ma comm.

A partir de 2016, une fois installée en FINISTERE NORD, et jusque 2019, j’ai fait des études de terrain, repéré mes potentiels fournisseurs et partenaires, mais aussi mes concurrents directs. J’ai également beaucoup observé ce qui m’entourai, tant en infrastructures, qu’en population. Je me suis imprégnée de la région, des gens et de leur mode de vie, pour comprendre comment ils vivaient les festivités.

Puis, début 2020 et son confinement : j’ai développé ma comm, en créant mon site internet, en étudiant le mode de fonctionnement des réseaux, en créant mes plaquettes pro. J’ai également travaillé sur mes outils de gestion et de traitement, pour automatiser le plus possible mon activité sans être polluée par l’administratif.

Enfin, en 2021, j’ai OSE !!!!!

Osé parler de mon travail, de mon activité, sans m’excuser de vouloir être mon propre patron, sans avoir peur de vendre ma créativité et mon originalité, sans croire que j’étais une imposteur dans le monde de l’évènementiel. En fin d’année, j’ai accepté de décorer le stand d’une wedding planner au salon du mariage de Brest (décor « Légende Arthurienne »)…. Et c’est là que tout à pris forme, que j’ai eu des contacts avec des personnes qui font écho à mes valeurs, c’est à ce moment que je me suis sentie légitime et à ma place.

Et il y à 2 mois, j’ai fait évoluer mon logo, mes cartes, j’ai des tas de projets pour véhiculer l’image de Art’elier EVENTS, agence de wedding et event designer en FINISTERE NORD et au-delà.

Qu’est-ce qui vous plait le plus dans votre métier ?

Assez compliquée cette question ….

Réellement j’aime tout, et si je devais faire un choix ce serait certainement la partie créative.

Mais elle est en permanence avec moi, quoi que je regarde, quoi que j’écrive ou que je fasse.

Alors, je dirai que c’est de rencontrer des êtres, d’échanger avec eux, pour cerner qui ils sont et de créer autour d’eux leur univers, avec leurs énergies, l’essence de leurs âmes pour qu’un instant de leur vie reste à jamais gravé dans leur cœur.

Quelques jolis souvenirs à partager ?

La fois où le marié m’a dit au moins 15 fois qu’il adorait la déco, que c’était mieux que dans son imagination, alors qu’au 1er RDV il m’a confirmé que cela lui était complétement égal.

Quand j’ai guidé la méditation d’une de mes futures mariées pour qu’elle surmonte ses blocages et comprennent ses propres leviers de bonheur.

De manière générale, les étoiles dans les yeux de mes clients, la complicité et la confiance qui s’instaurent entre nous. D’une certaine manière, je les aime tous.

De quoi êtes-vous le plus fier(e) ?

De mon évolution personnelle, d’avoir pris conscience que mes croyances limitantes sont mes seuls freins.

La plus grande difficulté au quotidien ? Et comment la surmontez-vous ?

Sans hésitation, mon perfectionnisme, qui me ralentit souvent, me bloque parfois.

Pour le surmonter, ne riez pas, je fais du ménage, je range, j’organise, c’est une de mes solutions pour faire place nette dans mon mental.

Que vous a apporté la formation de l’IWI ?

(Soupir)

IWI m’a énormément apporté : de la structure théorique, un cadre de travail, des références, de la bonne humeur, de la technique, des bases solides, du savoir-faire, l’amour du métier, l’ouverture vers ma nouvelle vie.

Parfois, je regrette de ne pas pouvoir refaire la formation pour bénéficier de toutes les nouveautés qu’Anne-Marie a mis en place.

IWI m’apporte toujours : être dans le groupe des anciens, suivre mes collègues de promo sur les réseaux, en revoir certains, découvrir les réflexions et les partages d’Anne-Marie, rencontrer par hasard des élèves des autres promos qui sont dans mon secteur.

IWI est pour moi un gage de sérieux. Cela reste une grande famille à qui je resterai fidèle, reconnaissante et loyale.

Laisser un commentaire