• Ce sujet contient 1 réponse, 2 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par Anne-Marie MECHERI, le il y a 1 année et 2 mois.
Vous lisez 1 fil de discussion
  • Auteur
    Messages
    • #55580
      Diego

        Bonjour à tous,

        En rapport avec l’exercice WedEntrepreneur #5.4 “Les statistiques du mariage”, voici l’une de mes recherches concernant le nombre de mariages et le taux de nuptialité dans ma zone de chalandise.

        La Belgique a célébré 40836 mariages en 2021, soit une hausse importante de 25% par rapport à l’année 2020.

        Cette hausse était bien évidemment attendue au vu de la crise sanitaire que nous avons connue. Cependant, la comparaison avec l’année 2019 (dernière année de vie « normale »), montre une baisse de 3434 mariages, soit une régression d’un peu moins de 8%.

        2019 n’était en rien une année record puisqu’il faut savoir que la moyenne de mariages célébrés par an, en Belgique, oscille autour de 45000. A première vue, l’industrie du mariage n’est actuellement pas en excellente santé dans ce pays.

        Lorsque je creuse plus en profondeur au niveau des régions, et principalement l’arrondissement de Charleroi qui est le cœur de ma zone de chalandise, je note que le nombre de mariages en 2021 de cette zone (1156 célébrations) est le plus important de toute la région Wallonne.

        De plus, Charleroi (toujours l’arrondissement, pas la ville) a connu une progression significative de presque 39% vs 2020, soit une progression nettement supérieure à la moyenne. Et surtout, Charleroi est une des rares villes belges qui connaît également une progression du nombre de mariages par rapport à l’année 2019.

        On peut donc en déduire qu’il existe un potentiel dans cette zone de chalandise.

        Après avoir relevé les statistiques concernant le taux de nuptialité, l’arrondissement de Charleroi a eu une proportion de 2,92 ‰ en 2021 qui est logiquement supérieur au taux de 2,09 ‰ de l’année 2020. Ce qui est cependant plus intéressant, c’est la comparaison avec 2019 (2,86‰) et 2018 (2,73‰).

        Cette statistique vient confirmer le potentiel supposé lors de l’analyse du nombre de mariages.

        Il me faut donc attendre les statistiques du nombre de mariage en 2022 afin de vérifier la confirmation de cette tendance encourageante.

        Ensuite, une analyse du budget de mariage, de l’âge des mariés, de leur CSP et autres informations me permettront d’établir sur quelle cible, stratégie commerciale et stratégie marketing, ce potentiel est-il exploitable.

        Sources

      • #55852
        Anne-Marie MECHERI
        Maître des clés

          Merci pour ce partage Diego ! C’est vu !

      Vous lisez 1 fil de discussion
      • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.